Logo

Article

Home / Article-2 /

La quête d'un photographe

Un problème majeur de notre époque, c'est de ne pas avoir de temps. Mais du temps pour quoi, demanderez-vous ?

Depuis Nadar, la photographie a bien évolué. Elle est passée d'un système de reproduction à une forme expressive qui l'apparente désormais et officiellement à de l'art.
Cet art passe par bien des modes de représentation, de la jolie photo de paysage style carte postale à des clichés souvenirs, du reportage à la création pure.
C'est ici précisément que l'on rencontre Emmanuel Romeo,

Pour prendre le temps de pénétrer, de découvrir que la photographie existe aussi sans artifice ni misérabilisme mais avec un esprit de recherche intime.
Pour découvrir, derrière l'insignifiant, des signifiés, des symboles, des lutins, des masques, toute une vie secrète propice aux « rêveries d'un promeneur solitaire ».
Prises de vues immobiles qui font jaillir le mouvement interne, s'adressant à des yeux ouverts sur la découverte modeste mais empreinte de la vie d'une dame nature que l'on croise sans la voir,
pour sentir, exprimer autant de choses concrètes qu'une face de sensibilité nécessaire dont le monde actuel se prive.

Il suffit, facile à dire et moins à pratiquer de nos jours, de s'ouvrir, de s'imprégner, loin des clichés clinquants. De plus, comme le disait Coco Chanel, « la mode c'est ce qui se démode ».

La photographie est un art, le photographe un artiste.

Si vous avez donc du temps devant vous, plongez dans l'univers d'Emmanuel Romeo. Découvrez lutins, gnomes, trognes, dans le fantastique d'une écorce.
Laissez-vous emporter par des évocations, prises au sein même d'une nature re-découverte.
Partagez une ambiance, une lumière, un climat, la nostalgie.
Soyez sensibles à cette œuvre qui est contemporaine sans en avoir la prétention vide.

La différence entre un tableau et une photographie s'efface.

Artiste dans l'âme, Emmanuel Romeo sent et ressent, transmet des émotions tirées de la nature. Son oeil fait appel à notre propre sensibilité. Encore faut-il s'arrêter, regarder, voir et ressentir. Prendre le temps. Ce que Paul Claudel a si bien compris en parlant de « l'oeil écoute ».
On pourrait citer maints poètes mais rien ne vaut l'offrande esthétique que ce photographe nous transmet.
Il est figuratif puisque ses sujets sont issus de la réalité, celle-la même qui nous entoure mais que l'on ne voit plus.
Il peut devenir abstrait lorsqu'il débusque une forme cachée sous une apparente simplicité.
Symbolique parfois, lyrique de temps à autre, fantastique souvent, sa réalité est la nôtre, à la condition d'accepter un autre regard, plus profond.
Loin des travaux de laboratoire, il saisit un angle de vue novateur qui parle à la sensibilité de chacun, délivre des moments de poésie pure.

La société de consommation s'efface devant l'émotion. Comme le dit si bien Michel Random :

« Les temps modernes sont les temps obscurs, au sens où l'oeil s'est éteint. Les moyens de diffusion et de communication ont occulté ce que l'on veut précisément diffuser et communiquer. L'image de même tue l'image. La profusion des images nous empêche de discerner celle qui présente un contenu réel. Une oeuvre complexe, venue du fond de l'être, mûrie dans des circonstances particulières, et parfois annonciatrice d'événements, est réduite à une image, autrement dit banalisée et placée au même niveau que mille autres images, plus attrayantes peut-être mais qui n'ont aucune signification propre. »

Ici, un ciel parle ou gronde. Une racine devient masque. Des reflets s'habitent. Arachnée tisse la lumière. Tout un univers inconnu se livre à nous, sans emphase mais avec la vision d'une réalité discrète qui échappe aux modes. Quand je plonge devant certaines de ses oeuvres, je rêve. Un rêve qui, cependant, nous accompagne pour peu que l'on accepte de percevoir la face cachée qui bruisse tout autour des sujets apparemment les plus simples.

Contemporain ? Certes, puisqu'il est vivant, mais sans affectation, libre de toute étiquette à la mode.

Mozart a bien écrit des « petits riens ».

 

Philippe de Louvigny.

Professeur d'Arts Plastiques et d'Histoire de l'Art,
écrivain.

 

Copyright © 2016-2017 Emmanuel Romeo.

Home / Agenda / Bio / Portfolio / Articles / Contact